Le concours du meilleur sommelier du monde 2019

Partager

La 16ème édition du concours du meilleur sommelier du monde 2019 vient de s’achever. Elle s’est déroulée du 11 au 15 mars 2019 à Anvers en Belgique et a réuni 66 candidats du monde entier, dont 7 femmes.

Cette très haute distinction dans le monde de la sommellerie existe depuis 1969 et est organisée tous les trois ans par l’association de la sommellerie internationale (ASI).

Le candidat représentant la France est David Biraud, 46 ans, Chef sommelier au Mandarin à Paris. Il n’en est pas à sa première expérience puisqu’il a terminé 3ème en 2010, demi-finaliste en 2013 et second en 2016.

Au terme de quatre jours de rudes épreuves, le sommelier français est parvenu jusqu’en demi-finale. Le dernier trophée emporté par un français reste celui d’Olivier Poussier, en 2000.  

Quelques conditions requises

Pour se présenter au concours, les candidats doivent obligatoirement travailler dans un domaine en lien avec la sommellerie : la restauration, les wine-bars, les œnothèques, ou encore l’industrie œnogastronomique.

Lors des épreuves, les candidats exercent en tenue de service.

Chaque sommelier doit passer les épreuves dans une langue autre que sa langue maternelle. Les trois langues proposées sont l’anglais, le français et l’espagnol. Le représentant de la France, David Biraud, a passé les épreuves en anglais.

Première épreuve : une dégustation à l’aveugle et un questionnaire

Le premier jour du concours comportait une épreuve se déroulant en deux temps.

La dégustation à l’aveugle

Dans un premier temps, le candidat devait identifier et décrire par écrit et en 15 minutes un vin blanc et un vin rouge, servis dans des verres noirs.

Concours du meilleur sommelier du monde
Première étape de dégustation / © Jean Bernard

Ensuite, il disposait de 3 minutes pour reconnaître 3 spiritueux servis dans des verres noirs.

Une première étape hautement minutieuse qui requiert un savoir-faire très pointu.

⇒ Lire notre article sur la dégustation à l’aveugle.

Un questionnaire théorique

Dans un second temps, les candidats étaient invités à répondre à un questionnaire théorique comportant 60 questions sur 23 pages, le tout en 60 minutes.

Il s’agissait de questions très pointues portant sur la viticulture, la vinification, les vignobles du monde, le thé, le café, les spiritueux, etc. 

On leur demandait par exemple d’associer le nom de domaines chinois à leurs régions productrices, ou encore de connaître la législation des muscats produits à Rutherglen en Australie.  

Autant dire que cette épreuve nécessite une préparation bien solide.

Deuxième épreuve : 2 minutes pour servir le bon vin (quarts de finale)

L’épreuve du deuxième jour était une épreuve pratique de mise en situation. Les candidats devaient se projeter au restaurant et répondre à la demande d’un client souhaitant déguster un riesling trocken allemand 2018 de Schloss Vollrads.

Bien entendu, les candidats n’avaient pas connaissance de cette référence. Ils disposaient de 3 riesling de millésime 2017 : un riesling trocken, un riesling feinherb et un riesling spätlese. Un beau défi à relever !

Troisième épreuve : un questionnaire théorique et une épreuve de dégustation (demi-finale)

19 prétendants au titre se sont qualifiés pour la demi-finale. Parmi eux, 4 français représentant l’Irlande, l’Australie, la Belgique et la France.

Comme pour la première épreuve, 2 parties distinctes étaient au programme : une partie théorique et une partie pratique.

Un questionnaire théorique

Ce second questionnaire théorique (de 30 minutes) comportait 11 questions, orientées principalement sur les Etats-Unis. 

En fin de questionnaire, on leur demandait de se positionner sur leur rôle en tant que sommelier. Le candidat était amené à porter une réflexion sur ses pratiques professionnelles, son engagement.

La dégustation à l’aveugle

La seconde partie portait de nouveau sur une situation de dégustation. Il s’agissait de : 

  • commenter et reconnaître un vin, en 4 minutes
  • identifier trois vins blancs, en 3 minutes
  • leur associer la roche qui les caractérise (calcaire, silex ou granit), en 1 minute
  • découvrir 3 boissons (dont une bière belge) et proposer un accord argumenté, avec une tartelette au chocolat et au caramel, en 2 minutes

Pour clôturer cette épreuve pratique, les candidats ont dû se mettre de nouveau en situation de service du vin au restaurant. Il leur était demandé de servir deux bouteilles carafées de chardonnay argentin Perfiles Calcareo 2016 de Trapiche, pour être précis.

David Biraud lors de l’épreuve de service du vin
David Biraud lors de la 3ème épreuve / © terredevins.com

Quatrième épreuve : service, dégustation à l’aveugle, décantation, accords mets et vin… (finale)

Les finalistes sont…

Les résultats de la qualification des 3 finalistes se sont fait connaître en début d’après-midi de ce dernier jour, le 15 mars 2019.

Les 3 finalistes sont l’allemand Marc Almert (meilleur sommelier allemand en 2017), le letton Raimond Tomsons (meilleur sommelier 2017 d’Europe et d’Afrique) et la danoise Nina Hjgaard Jensen (championne de la sommellerie nordique en 2016, meilleure sommelière danoise en 2018).

les finalistes du concours du meilleur sommelier du monde
de g. à dr. : Raimond Tomsons, Nina Hjgaard Jensen, Marc Almert / © vitisphere.com
Une série d’épreuves… éprouvantes

En ce dernier jour du concours, une série d’épreuves toujours aussi exigeantes attendaient les candidats finalistes. Elles étaient au nombre de huit :

  • servir à des clients 2 verres de Sauternes et une bière belge typique
  • faire la description organoleptique d’un vin rouge inconnu, en 3 minutes
  • décanter et servir une bouteille de Vega Sicilia Unico Reserva Especial, en 6 minutes, puis répondre à 3 questions précises sur cette cuvée 
  • déguster à l’aveugle 4 vins, suivis de conseils d’accords mets et vin, en 4 minutes
  • proposer des accords mets et vins pour un menu gastronomique, en 3 minutes
  • associer au tableau les 24 cuvées inscrites sur des magnets au principal cépage utilisé
  • déguster à l’aveugle 10 spiritueux blancs, en devant deviner le nom et le pays, en 3 minutes
  • servir 16 verres d’un magnum d’effervescent en faisant en sorte que chaque verre soit de quantité égale, sans pouvoir revenir en arrière et en devant vider la bouteille, le tout en 5 minutes…
Le meilleur sommelier du monde est…
  • Marc Almert (1er)
  • Nina Hjgaard Jensen (2ème)
  • Raimond Tomsons (3ème)

Ce n’est pas encore pour cette édition qu’une femme sera nommée meilleure sommelière du monde.

Le concours en chiffres

  • 66 candidats
  • 7 femmes
  • 63 pays
  • 16ème édition du concours
  • 4 jours d’épreuves
  • 5 900 bouteilles de vin ouvertes
  • 14 000 verres servis

Revoir l’ensemble de la compétition en vidéo (4h) :

Une pensée sur “Le concours du meilleur sommelier du monde 2019

  • 1 Avr 2019 à 7 h 50 min
    Permalink

    Article bien fourni qui permet de connaître en détails le déroulé du concours.

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *